Orphée David Boquin

Paris,

 

Je suis né dans une famille d’artistes où l’on m’apprend très tôt à «voir» la couleur des pierres, la danse du ciel, les flaques de lumière sous les arbres…  A l’Ile d’Yeu, ma mère (Sylvie Boquin) a transformé la maison en galerie où elle y expose ses paysages abstraits et les pastels silencieux de Mathieu Weemaels. Je baigne dans cet univers. A dix ans, premier appareil photo, j’ai un goût pour l’abstraction cherchant des cadrages insolites: mon environnement devient puzzle, enchevêtrement de formes géométriques…

Des années plus tard, devenu ingénieur, je suis appelé à voyager dans plusieurs pays et c’est alors que je commence les carnets de voyage, motifs pris sur le vif entrecoupés de pages plus abstraites. C’est dans le désordre des villes où je flâne, au contact des vieux murs que je construis mon univers poétique. Durant mes trois années de vie au Chili, j’affine mon approche de la couleur au contact de Rodrigo Solar Silva,  peintre réaliste qui devient un ami. De retour à Paris, c'est en travaillant dans les ateliers d'Akiko Toriumi, Fanny Vanoye et Luc Gauthier que mon geste prend de l'assurance.

Aujourd’hui, je vis la peinture comme une pratique expérimentale et introspective, faisant pleinement partie de la recherche intérieure qui m'habite et du chemin que j'entreprends actuellement pour devenir Gestalt Thérapeute. Partant d’un élan spontané, j’interroge le geste, l’aléatoire, et puis cherche à faire naître du désordre un ensemble harmonieux. Il s’agit d’une construction qui s’alimente du spontané, dans un mouvement de va et vient, une danse intérieure. C’est la façon que j’ai trouvée pour écrire mes réminiscences et mes rêves. Je les transcris pour faire naître l’émotion au travers de compositions énigmatiques qui laissent libre le spectateur d’inventer à son tour.

Commencer à peindre, laisser monter la musique intérieure et son silence, faire taire l’esprit « jacasseur » pour que le « projectionniste fou » lance la bobine, crépitement des couleurs, le film se tourne pendant la projection, images enchaînées d’émotions esthétiques glanées au cours de mes voyages, de mes déambulations nocturnes, fragments de visible et d’invisible. Sur l’écran se projettent des scènes où la peinture (Acrylique et huile), parfois l’encre et les pastels sont posés, stratifiés, mélangés, grattés, effacés, pour définir des espaces qui s’ouvrent sur d’autres espaces, à la recherche d’un équilibre. Mes tableaux sont chargés de toutes ces empreintes, ils portent en eux la mémoire de ces transformations successives. Je travaille le tableau pour qu’il m’interroge à son tour, puis je me laisse guider jusqu’à notre point de rendez-vous, cet endroit où il me touche, où la mémoire d’une atmosphère vécue s’est distillée dans la matière, où l’ordre est né du désordre.

Parcours artistique

Expositions Solo

  • 3 au 27 Juin 2020: Galerie en apARTé, La Rochelle

  • 12 Mars 2020: Otro Mundo, Galerie Immanence, Paris

  • 4 Août  à 4 Septembre 2019: Passage, Galerie de l’Echo de la Mer, Ile d’Yeu.

  • 26 Avril Au 1er Mai 2016: Paysages intérieurs, Galerie de la Maison Caillaud, Ars en Ré.

 

Expositions duos et collectives

  • 1er au 7 Juillet 2016 : Arbres, Galerie de la porte Maubec, La Rochelle.

  • 13 Juillet au 8 Août  2016: Lumières d’ailleurs, Galerie de l’Echo de la Mer, Ile d’Yeu.

  • Juillet 2015: Ventanas Viajeras, Galerie de l’Echo de la Mer, Ile d’Yeu.

Formation artistique

  • 2015-2016: École des arts décoratifs (ENSAD) (Elève de Luc GAUTHIER et Antoine BARJINI)

  • 2015-2016: Étude avec la peintre japonaise Akiko TORIUMI et Fanny VANOYE

  • 2013-2015: Initiation à la vidéo et au montage. Prise de vue réalisée au Ghana, Guinée, et Cuba.

  • 2011-2015: Formation autodidacte, carnets de voyage (Ile canaries, Chili, Cuba, Ghana, France)

  • 2000-2015: Étude avec la peintre française Sylvie BOQUIN

  • 2012: Étude avec le peintre chilien Rodrigo SOLAR SILVA

 

© 2019 by Orphée Boquin

Orphée David Boquin

+33689565824

orphee.boquin@gmail.com